Auteur, compositrice, interprète

 

Biographie

Une artiste, une femme, une personnalité…. Marion Py sort cette année son premier EP intitulé “Bagheera”. Un parcours inédit et une poésie musicale unique.
 


La musique, une réelle poésie -


"La musique m’a toujours inspirée beaucoup d’images, de poésie, et m’a rapidement donné l’envie de l’écriture : écrire des textes plutôt que de les interpréter. J’avais envie de raconter des histoires à travers mes chansons.
La musique est d’abord apparue comme un objet d’écriture." 
 

 


Inspirations musicales -

 

"J’ai été plongée dans un univers musical très fort, de Marilyn Monroe à Gainsbourg, tous les horizons musicaux étaient visibles. J’ai été élevée dans la poésie des textes de Bashung qui m’ont beaucoup marquée. Je me souviens des Négresses Vertes, des Rita Mitsouko, de ces personnages de la musique française qui m’ont donné l’envie d’écrire.

Il y a beaucoup de rock également dans mes influences : David Bowie, Elysian Fields..."

 



Le processus de création -


"Dans un premier temps j’écris les textes. C’est un peu paradoxal, certains font l’inverse, mais je me situe d’abord dans l’écriture des mots. Et ce sont d’abord des poèmes. Ensuite je les transforme en chansons, je découpe des refrains, je prends des couplets, je construis la chanson. Puis je compose au piano les premiers accords. C’est à ce moment que je crée l’univers de la musique et de l’arrangement. Avec Josselin Rivière, nous créons ensuite tout ce qui va envelopper le texte.”
 

 


Le chant, un art de la composition et de l’interprétation -


"Chanter, parce qu’il fallait que j’exprime cette passion, qui a commencé par l’écriture, puis par la composition, et qui finalement s’ancre dans l’interprétation des textes.
La passion est présente partout."

 



“Bagheera”, le premier EP -

 

"Le premier texte que j’ai écrit : « Ce Que Je Sais De Toi », raconte une histoire entre deux personnes qui s’aiment et qui ne savent plus comment rester ensemble. Une situation courante d’individus qui vivent ensemble, mais qui souhaitent prendre leur distance, leur indépendance. Le pas est parfois très difficile à franchir. La formule « Soit je Reste Soit je m’arrache » reprend l’idée de cette incertitude dans le couple.

 

« Ma Terrasse » ou une invitation à l’évasion d’une autre façon.
Cette chanson est composée de deux parties distinctes sur le plan musical. Il y a d’abord le calme de la poésie, du texte ; une ambiance sonore, une atmosphère....qui va en s’intensifiant, et qui courre, vers une échappée rock, sulfureuse.
Comme peut l’être parfois, la volonté d’être libéré de soi-même.

 

« Bagheera »...

Dans le livre que nous connaissons tous, c’est un personnage masculin ; pour autant il y a dans la panthère une féminité absolue, cette sensualité essentielle, que j’aime.
Et puis il y a cette époque moderne dans laquelle nous vivons, et qui nous autorise à sortir de nous même. Je pense que Bagheera peut être aussi bien une femme qu’un homme."

 


La dernière chanson de cet EP s’appelle « Sabratha » - 


“C’est l’histoire d’un réfugié. Médecin et proche de ces populations, je me suis beaucoup interrogée sur la notion d’exil.
Je lisais, quand j’étais plus jeune, un poète qui s’appelle Tahar Djaout - journaliste algérien - qui a vécu presque toute sa vie en exil. Ses poèmes montrent d’ailleurs la force de ces personnes : loin de chez eux, qui n’ont pas la volonté d’aller ailleurs pour aller ailleurs, mais qui vont ailleurs pour survivre !
La survie aujourd’hui est un thème qui doit être entendu."

 

 

Une carrière atypique qui a démarré par la médecine - 

 

"J’ai commencé à faire de la médecine parce que je souhaitais savoir ce qu’il y avait dans l’humain, dans son conscient, et dans son ressenti. Apercevoir l’être humain en en comprenant tous les rouages, les mécanismes, a été ma première approche.
Chercher le ressenti, c’est exactement le même mécanisme qui est à l’oeuvre lorsque je suis sur scène et que je chante des chansons.

J’ai toujours voulu chanter, et j’ai toujours voulu faire de la médecine. Ce sont deux univers qui m’ont toujours accompagnée de façon parallèle."

 



Pour le public -

 

"Je pense que la vérité est à l’oeuvre lorsque l’on transmet les messages qui nous sont justes. La sincérité c’est quelque chose qui se voit. S’il y’a vraiment une idée qui résume ce projet, c’est que tout est possible à partir du moment où l’on décide d’assumer qui l’on est, et la vérité de ce que l’on porte en soi." 


 

Remerciements -

 

"Je souhaite remercier l'ensemble des personnes qui ont travaillé avec moi sur ce projet. 

 

Pour la passion de l'écriture, de la lecture et la poésie : Huguette Hérin Travers, 
pour l'arrangement : Josselin Rivière.


Pour les musiciens lors de la session acoustique : à la guitare Michaal Benjelloun, au piano Romain Berrodier, mastering Jean-Yves Legrand, ingénieur du son Jean-Baptiste Faurel.


Pour la photographie Gilles-Marie Zimmermann, Georges Pacheco et Renaud Corloüer.


Pour le maquillage, la coiffure, merci à Ralph Martinoli pour Gilles-Marie Zimmermann. 

Pour le stylisme Charlotte Rached, et merci à Melissa Soukeyna.

 

Pour les techniciennes et techniciens Stéphanie Ung et Julien Rabarivony."

« Nos vies, nos sentiments bouleversés, exacerbés par le covid 19,
marqueront nos esprits longtemps.
Dans ce monde abîmé, nos fragilités sont mises à l’épreuve.
Chanter a été pour moi nécessaire. »

 
 

Actualités

SORTIE DU 1ER TITRE LE 3 juillet

à retrouver sur l'ensemble des plateformes

"MA TERRASSE" second titre 

 

SORTIE DU NOUVEAU CLIP LE

30 novembre 2020

  

 

Contact

  • Facebook - Gris Cercle
  • Instagram - Gris Cercle